Ici, on crée, projette, échange, observe, transmet,

rêve, grandit, veganise, mijote, bricole, construit, apprend, on essaye ... Avec un max d'info's pour que tu essaies aussi!

  • Admin

Manger Vegan, Végétalien, vivant?


Un jour, après un reportage sur les abattoirs, j'ai hurlé haut et fort que je ne mangerais plus Jamais de viande. Mais ça ne s'est pas passé tout à fait comme prévu...

Après quelques années de fast-food et denrées sous cellophane, on finit tous par fléchir d'épuisement: y a un truc qui cloche. Bonne nouvelle, un tout nouvel univers s'ouvre à nous.

On en vient à changer son alimentation pour de nombreuses raisons, parfois un peu toutes en même temps: apprivoiser son poids, gérer son budget, gagner en énergie, guérir, retrouver des plats qui ont du goût, connaître l'origine et la composition de ses préparations.

Si on était pas sympa, on dirait: "Ouh, tu ne sais pas, malheureux-se, dans quoi tu fourres ton museau quand tu commences à t'intéresser à tout ça..."

Heureusement, à terme, c'est bien plus chouette qu'à première vue.

Le chemin commence souvent par ce genre de commentaires d'ami bien intentionné:

- "AAAaarRrgl, tu sais ce qu'il y a dans ta saucisse zwan?"

-"Tu sais, tu devrais pas donner ça à ton bébé, c'est vraiment pas bon pour lui."

-"Tu sais combien de semaines ton poulet a passé dans le camion avant d'arriver?"

-"J'ai entendu que le sucre, ça donne le cancer."

-"Au fait, c'est fini, l'humain doit cesser de boire du lait, on est pas des veaux!"

-"Mange pas des pâtes, après t'auras la maladie cœliaque."

-"Tu sais la voisine, elle est fibromyalgique à cause de ces crasses que tu manges, tout le gluten que tu avales!!!"

-"Sérieux, tu manges de la merde."

-"T'as déjà vu comment ils font le foie gras de canard? Dégueu."

Si tu ouvres la boîte de Pandore, tu vas devoir aller voir jusqu'au fond.

Et oui... car une fois la réflexion commencée, à propos de ce que tu avales, tu ne parviendras pas à faire taire ton cerveau durant cet instant délicieux que sont les courses. Terminée la béate ignorance, exit le caddie rempli en 15 minutes avec ce bras automatique qui pioche dans le rayon.

Le dilemme, c'est que quand on a éliminé ce qu'on ne veut plus, on ne sait pas forcément comment ni par quoi le remplacer...

En premier, on mélange tout, surtout qu'on est pas équipé pour faire la part des choses. Tout ce que tu as appris n'est plus valable. Comment décréter ce qui est bon ou non, que choisir et pourquoi? Pour quels arguments? Lorsqu'on y connaît rien aux additifs divers ni aux manœuvres utilisées pour faire diversion...

Démêler ce fatras, c'est pas simple. Savoir le vrai du faux, qui nous ment vraiment, c'est un défi. On ouvre la boîte de Pandore: si anguille sous roche il y a dans ce qu'on nous vend dans les supermarchés, ça veut dire... qu'il faut tout remettre en cause.

Ce que maman t'a dit, ce que mamy t'a rabâché, ce que la pub blablate, ce que les marques brandissent. On est passé par là. Et l'instant fatidique est arrivé:

Et voilà. Tu y es, dans le rayon, blanc comme un linge: tu ne sais plus quoi acheter.

La viande en boîte et autres, on se dit que clairement, non: on a vu de quoi c'est fait, c'est acquis, on en veut plus. (On ne mettra pas ce genre de vidéo à l'appui ici, c'est trop répugnant, mais faut passer par là pour en être convaincu.)

Puis les légumes industriels, c'est plein de pesticides, on va quand-même pas intoxiquer un enfant avec ça. (Après, il aura 3 bras qu'on aura rien vu venir.)

Donc, les petits pots tout faits, non plus. Puis d'abord, nous-même on est tellement crevé, à mal manger, qu'on va pas lui faire débuter sa vie en mangeant de la bouillasse qui lui permettra tout juste de se traîner à quatre pattes devant un jeu vidéo. Donc, on se dit que pour un équilibre, il faut cuisiner du frais, bio et/ou local au minimum.

(On est pas dans la merde...)

Et tu as la super idée du panier Bio / local du groupe d'achat du quartier. Tu es fier, tout fier, tu paies tes légumes parmi les autres habitués, ta mèche rebelle flottant dans les airs hors de ton joli foulard en coton, Ô Bobo que tu deviens - c'est trop "in" d'avoir son panier Bio. (oui, parce que pendant quelques jours dans ta transition, tu risques de penser que: y a vous, et puis les "autres". Ceux qui mangent des "crasses empoisonnées". Tu vas vite finir par comprendre qu'on est tous dans le même... panier.) Accroche-toi, ça va swinguer.

Il est là, sur ton plan de cuisine, cet espèce de légume tordu que tu ne connais pas.

Déjà que tu savais tout juste faire une sauce bolognaise, tu te creuses vraiment la cervelle pour savoir comme ça se cuit, ce truc. Et ce que c'est sensé goûter. Une dimension nouvelle s'ouvre à toi, le monde a changé de règle, mais surtout.... Tu ne sais plus rien. Tu es une page blanche. Un vide sidéral, une novice totale. L'ampleur de la tâche s'annonce insondable. Pendant ce temps, ton enfant crève certes un peu la dalle à table et tu lui promets un avenir beaucoup plus sexy que ce légume mal cuit qui lui fait de l’œil (de travers).

Mais ton estomac, bientôt, va te remercier au centuple, après quelques fouilles sur internet, lectures et essais à moitié fructueux et l'aide d'amis déjà initiés.

Viendront ces soirées de torture où tu te demanderas jusqu'où s'étend le complot des arnaques...

Oui... partout, de la plus petite description d'ingrédients sur un paquet à la moindre pub, plus rien ne te sera comestible. Le restaurant du coin, ce qu'il reste dans ton placard, ce que tes amis mangent... Tes yeux deviennent un scan automatique sur le tapis roulant de ton triage mental: ça oui, ça non, ça non, ça je sais pas, ça c'est horrible, ça c'est validé...

De quoi péter un plomb.

Un jour, l'évidence tombe: ce qui est mort ne peut Pas t'aider à vivre.

Aaaaah, mais voilà qui est déjà plus simple pour s'orienter, au tout début de ta recherche! Pourquoi on nous l'a pas dit depuis le début??? Petit slogan à emporter avec soi, en toute circonstance. Plus tard, on affinera nos choix.

Car en tant que novice, si tu n'as pas encore pris la décision ferme d'être végétarien ou végétalien, elle fonctionne dans toute situation:

-Un barbecue chez les amis:

ce qui est mort ne peut pas t'aider à vivre. Ouais, mais ce midi j'ai mangé une salade Bio de Ouf, ce soir je survivrai parce que cette bidoche aide tout à fait ma zone de papilles plaisir.

Option pour l'avenir, si tu veux vraiment manger de la viande: sélectionner une viande locale et bio dont tu connais l'origine.

-Un rush au supermarché à ta sortie du boulot:

ce qui est mort ne peut pas t'aider à vivre. Cela t'aidera à choisir rapidement des aliments qui sont en mesure d'apporter un quelconque nutriment qui te permette de ne pas tomber le nez écrasé sur ton clavier au bureau demain. C'est une évidence: cette énorme pizza au salami (qui n'est pas du vrai salami) t'enfoncera profondément dans les limbes lymphatiques.

Etc...

Pas de règle précise, c'est comme l'empreinte digitale: chacun son menu

L'un mangera de la viande de bonne origine, l'autre pas parce qu'il considèrera que c'est du cadavre ou que c'est irrespectueux de l'animal, l'un mangera des avocats bio importés, l'autre dira que c'est pas de saison, l'un cultivera, l'autre se fournira parce qu'il travaille trop, l'un élè