Nous suivre:

Contact:

Isabelle Gieling 

isabelle@unevieuneplanete.com    

+32-499/08.71.74

Presse

Mes autres projets actifs:

"Holis Life" - Coaching fitness holistique

Blog & Programme de Fitness + Yoga en ligne

Parce que notre unique corps mérite beaucoup plus qu'un "simple" programme Bikini

La passion School

Tout pour apprendre à être son patron & vivre de sa passion​

Plateforme de formation en ligne sur le Web-Marketing éthique, l'entreprenariat, la vidéo, le blogging...

Slasheuse Digitale

Le blog où je partage tous mes secrets et apprentissages pour vivre du web & mieux vendre depuis chez toi ou n'importe où, pour les Multi-passionnées en quête de Liberté !

PADIA

Permaculture Design Agency

Bureau de Design en permaculture, créateurs d'écosystèmes abondants

Ils ont parlé de nous!

Merci !

© par Isabelle Gieling - Une vie, une planète

L'impact sur notre Terre de l'élevage destiné à la viande

 

Il en avait déjà fallu peu pour me convaincre d'être végétarienne, mais le parcours est un chemin semé d'embûches et de questionnements, comme je le citais dans l'article "Manger Vegan, végétalien, vivant?"

 

 

 

 

Bien que le terme "vegan" me semble parfois être une étiquette qu'on se colle comme tant d'autres. Pas question ici d'un article de plus pour convaincre, simplement quelques faits qu'on ne peut mettre dans l'ombre.

 

Lorsque les faits parlent d'eux-mêmes, amenés sur la table avec une simplicité consternante, la mosaïque que représente les types de choix alimentaires se réduit pour moi à un seul tableau envisageable.

 

Sans avoir leur courage pour débattre ou aller au front politique, il me semblait nécessaire de bien comprendre de quoi était constitué mon choix instinctif d'alimentation, pour que l'exemple que je souhaitais suivre ne repose pas sur une simple mode adoptée ni même uniquement sur un amour profond pour les animaux.

 

Passons en revue les observations de Kip Andersen & Keegan Kuhn dans leur film "Cowspiracy"

 

 

Constat général:

 

L'élevage de bétail pour produire de la nourriture

 

  • occupe 45 % des terres

  • requière 30 % de l'eau mondiale

  • est responsable de zones mortes dans l'océan

  • provoque l'extinction de nombreuses espèces

  • cause la destruction de l'habitat naturel et sauvage

  • est la cause de la disparition de 91% de la forêt Amazonienne

 

Fait n°1: nous avons déjà dépassé le seuil de danger

 

Pour éviter la sécheresse, la famine, les conflits et la plus grande vague de disparition d'espèces (depuis les dinosaures), nous devrions empêcher une augmentation de seulement 2 degrés celsius. Le taux d'émissions ne devrait pas dépasser 350 particules par million de dioxyde de carbone et les gaz à effet de serre dans l'atmosphère en sont déjà à 400. Vu la quantité de de gaz à effet de serre accumulée, nous allons donc dépasser ce réchauffement avec aisance.

 

 

 

 

Fait n°2: le bétail aura notre peau.

 

On nous rabache les oreilles avec les énergies fossiles, mais... Surprise (ou pas), l'élevage du bétail A LUI SEUL représente 65% de la production du protoxyde d'azote.

 

 

 

Fait n°3: "Ouh, ça pue pour notre avenir..."

 

Pas moins de 53 000 kilos d'excréments bovins sont produits chaque seconde, et ce rien qu'aux Etats-Unis. (Pour vous faire une idée, la surface représente - tous ensemble - San Fransisco + New York + Tokyo + Paris + New Delhi + Berlin + Hong Kong + Londres + Rio de Janeiro + Delaware + Bali + Costa Rica + Danemark. Réunis.

 

Ces excréments se diffusent directement dans les nappes, rivières et sont responsables de plus de 500 zones mortes saturées d'azote dans les océans.

 

A aucun moment ce sujet du bétail n'est abordé par les mouvements protecteurs de la nature ou des océans... Tiens tiens...

 

 

 

Fait n°4: La pêche "durable" n'existe pas

 

Le phénomène du "By-kill" est à pointer du doigt. Anéantir des zones de l'océan par le "simple" élevage de bétail ne nous suffit pas: tout en pêchant à outrance des espèces que nous épuiserons, qui n'auront pas le temps de se reproduire et qui donc feront place à l'espèce suivante que nous anéantirons, nous emportons par la même occasion de nombreuses espèces considérées comme des "pertes" inévitables" liées à la "nécessité" de ce pillage. Emportant nonchalamment dauphins, requins, baleines, tortues et autres, détruisant leur habitat au passage.

 

 

 

Fait n°5: On coupe la branche sur laquelle on est assis...

 

La forêt tropicale est comme le poumon de la terre. On considère que la production d'huile de palme est responsable de la destruction de 10 millions d'hectares de forêts.

 

Et quel foin sur cette huile de palme, n'est-ce pas! Par contre, passe tout bonnement à la trappe le fait que la production de céréales nécessaires à l'alimentation du bétail est, lui, la cause de la destruction de 50 millions d'hectares de forêts... Rien que ça.

 

Chaque jour, on estime que 100 espèces d'animaux / plantes et insectes disparaissent à cause de la déforestation.

 

Et à ce prix-là, elle ne mange même pas Bio, la vache.

 

 

 

 

 

Fait n°6: Les vaches nourries à l'herbe, tout juste bon pour la famille Ingalls (La p'tite maison dans la prairie).

 

Et moi qui croyait qu'au moins ça, c'était mieux, après calcul, on réalise que pour nourrir des vaches à l'herbe (et donc produire moins de céréales pour les gaver - et donc détruire moins de forêts), il faudrait tellement de terres supplémentaires qu'il faudrait raser les montagnes et les villes entières des Etats-Unis rien que pour nourrir leur demande en viande.

 

Donc élever, que ce soit des vaches ou des canards, à domicile, ne règle pas le problème de manière durable pour l'ensemble de la population.

 

 

 

Fait n°7: Pas seulement un problème de surpopulation humaine, mais aussi et surtout un problème d'humains qui mangent de la viande.

 

Certes, il y a désormais près de 7 milliards d'humains sur terre, en face de 70 milliards d'animaux de ferme élevés par l'humain.

 

La population humaine boit 19,7 milliard d'eau par jour et mange 9,5 millions de tonnes.

1 milliard et demi de vache boit 170 milliards de litres par jour et mange 62 millions de tonnes de nourriture... Des animaux que nous faisons se reproduire à outrance.

 

Par ailleurs, la partie non visible de l'utilisation d'eau dans le secteur du bétail (pour la production de viande ou de produits laitiers) est celle liée à la production des graines qu'ils mangent. Production céréalière qui nécessite énormément d'eau.

 

C'est son empreinte d'eau "virtuelle".

 

Produire un hamburger nécesite 3500 litres d'eau, tenant compte de toute la chaîne.

L'équivalent d'une douche de... 2 mois. Dire qu'on arrête le robinet pendant qu'on se savonne...

 

L'eau domestique représente 5% de la consommation du pays.

L'élevage intensif représente 55%

( 9500 litres d'eau pour produire une livre de boeuf...  pendant qu'on s'éreinte à réparer une fuite d'eau dans la cuisine.)

 

 

 

 

 

Issue possible:

 

Nourrir un végétalien pendant un an nécessite 690 mètres carrés de terre

Nourrir un végétarien pendant un an demande 3 fois plus de terres

Pour quelqu'un qui mange de tout, il faut 18 fois plus de terres

 

(aucun produit animal)   (Du lait et des oeufs)               (De tout)

 

En devenant végétalien, un homme a le choix d'économiser chaque jour:

 

  • 4164 litres d'eau

  • 20 kilos de céréales

  • 2,78 m2 de terrains boisés

  • l'équivalent de 9 kilos de CO2

  • et la vie d'un animal par jour.

 

Au delà du fait que ce sujet reste complètement tabou auprès des institutions protectrice de l'environnement, il nous reste encore le choix... de choisir.

 

 

Le réalisateur de ce film semble avoir choisi...

 

 

 

 

 

Le film complet: "Cowspiracy"

 

 

Please reload